AL-KARABISI. Kitab al-furuq « Livre des... - Lot 28 - Paris Enchères - Collin du Bocage

Lot 28
Aller au lot
Estimation :
8000 - 12000 EUR
AL-KARABISI. Kitab al-furuq « Livre des... - Lot 28 - Paris Enchères - Collin du Bocage
AL-KARABISI. Kitab al-furuq « Livre des divergences théologiques » par Abu al-Muzaffar As'ad ibn Muhammad ibn al-Husayn al-Naysaburi al-Karabisi al-Hanafi (m. 1174-5) Égypte ou Syrie, daté 11 rabi' al-awwal 569 H/20 octobre 1173, copié par Muhammad b. Hibatullah b. Ahmad b. Abi Jarrada       Manuscrit arabe de 190 feuillets, texte sur papier oriental, en naskh noir non vocalisé à l'encre noire/marron de 20 lignes, numérotation des cahiers partiellement conservée dans le coin supérieur gauche, la foliotation et une partie des réclames postérieures à la copie, nombreux commentaires marginaux, colophon daté et donnant l'identité du copiste, marque de collation, feuillets restaurés au XIXe siècle, notamment le premier feuillet, table des matières ajoutée au XIXe siècle, reliure plus tardive, ex-libris « Château de Rosny La Solitude » au chiffre de Lebaudy et feuillet descriptif tapuscrit.     Dim. : 26 x 17,5 cm (feuillets) ; 20 x 12 (surface d'écriture)    Provenance : Paul Lebaudy (1858-1937), bibliothèque du Château de Rosny « La Solitude ». Le Château de Rosny est l'ancienne propriété de la Duchesse de Berry Le texte du Kitab al-furuq d'Abu al-Muzaffar As'ad ibn Muhammad ibn al-Husayn al-Naysaburi al-Karabisi al-Hanafi (m. 1174-5) a été rédigé durant le sixième siècle de l'hégire très certainement à Samarquande où vivait alors l'auteur (voir à ce sujet Elias Saba, Harmonizing Similarities: A History of Distinctions Literature in Islamic Law. Harmonizing Similarities. Berlin 2009, p. 71, 204). Il s'agit du seul texte portant sur les distinctions légales à avoir été composé durant le VIe siècle de l'hégire et il est d'une importance majeure puisqu'il s'agit du premier travail sur les furuq du madhhab hanafite. Plusieurs manuscrits en sont aujourd'hui conservés (Le Caire, Dar al-Kutub, 292 fiqh hanafi, manuscrit non daté ; Le Caire, Dar al-Kutub, 293 fiqh hanafi, daté 622 H/1224-5 ; Istanbul, Süleymaniye Kütüphanesi, Fatih 2039, daté 776 H/1374-5 ; Istanbul, Süleymaniye Kütüphanesi, Carullah 821, 1007 H/1598-99) et le texte a connu trois éditions distinctes. Il s'agit aujourd'hui encore du texte hanafite le plus populaire concernant les distinctions légales. Le présent manuscrit est d’une importance majeure puisqu’il renferme le premier texte sur les distinctions légales du madhhab hanafite et il s’agit du plus ancien manuscrit conservé de ce texte. Le colophon du manuscrit fournit la date de complétion de la copie, le dimanche 11 du mois de rabi I 569 H/20 octobre 1173, ainsi que le nom du copiste, Muhammad b. Hibatallah b. Muhammad b. Hibatallah b. Ahmad b. Abi Jarada. Le texte du colophon précise également que le copiste a préparé le manuscrit pour son usage personnel en collationnant le texte (balagha) sur l'autographe, qui ne nous est pas conservé. Le copiste peut être identifié comme un calligraphe ayant appartenu à une puissante famille d'intellectuels aleppins, les Banu'l-Abi Jarada, une famille sunnite de rite hanafite (Voir David James, « Qurʾans and Calligraphers of the Ayyubids and Zangids », dans Ayyubid Jerusalem: The Holy City in Context, 1187-1250, dir. Robert Hillenbrand et Sylvia Auld, Londres 2009, p.354). Si aucun manuscrit de sa main, excepté le présent volume, ne nous est aujourd'hui conservé, on retrouve sa trace au sein du plus ancien manuscrit daté des Maqamat d'al-Hariri. Ce codex, qui porte une ijaza d'al-Hariri datée de sha'ban 504 H / février 1111, a appartenu à son cousin germain, le fameux historien et juriste, Kamal al-Din Abu 'Umar b. Ahmad b. Abi Jarada, connu comme Ibn al-'Adim. Une marque de lecture datée du 17 jumada II 604 H/8 janvier 1208 atteste ainsi de la présence de notre calligraphe à Alep et de son implication au sein des cercles lettrés de l'époque (Voir au sujet du manuscrit et de la marque de lecture, Pierre MacKay, « Certificates of Transmission on a Manuscript of the Maqāmāt of Ḥarīrī (MS. Cairo, Adab 105) », Transactions of the American philosophical society : New series 61, no 4 (1971) : 22). On retrouve sa trace, plus tardivement, dans le dictionnaire biographique des calligraphes de Müstakimzade qui mentionne que Muhammad b. Hibatallah Abi Jarada était réputé pour travailler à la manière du grand calligraphe Ibn al-Bawwab et copiait un Coran entier durant chaque mois de ramadan (Süleyman Müstakimzade, Tuhfe-i hattatin, Istanbul 1928, 464). Il serait décédé en 628 H/1230-31 à l'âge de 82 ans.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue