• United-Kingdom
Lot 38
90 000 - 100 000 €

Jaguar

Jaguar Type E

Coupé 4.2 litres

1968

Carte grise française

N° de châssis : 1E34704

Malcom Sayer, l’aérodynamicien, sous le contrôle de William Lyons, directeur de Jaguar, a dessiné la ligne pure de la carrosserie de la Jaguar Type E. Son inspiration se trouve dans les dessins faits par Touring, pour la Disco Volante Alfa Roméo, en 1952. La Jaguar Type E, qui doit succéder à la série des XK, est dévoilée au public, le 15 mars 1961, la veille du salon de Genève, dans un hôtel, le long du lac Léman, ajoutant au mythe de l’objet de désir. L’engouement est immédiat. 72584 exemplaires seront produits, constituant ainsi l’un des plus grands succès commerciaux de la marque. A partir de 1968, la Type E subit, esthétiquement, des différences extérieures telles que l’absence de carénage vitré des phares ou des pare-chocs plus enveloppants et plus hauts; à l’intérieur, un tableau de bord différent avec des interrupteurs basculants. La série 2 ( 1968 - 1970 ) est plus fiable et plus facile à conduire parce que dotée d’un meilleur circuit de freinage Girling et d’un gros radiateur refroidi par deux ventilateurs électriques. Importé des Etats-Unis, il y a environ 30 ans, le propriétaire de l’époque s’attelle à la tâche de la remettre totalement à neuf. Le travail fut de longue haleine, non pas que la base à restaurer ne fût pas saine, mais parce que l’exigence était de mise et partout. Ce travail dura plusieurs années pour, à la fin, obtenir un superbe résultat mais en avoir moins envie. Le coupé est donc revendu, il y a plus de 22 ans, au propriétaire actuel qui en prit un soin méticuleux, et l’utilisa, souvent, lors de sorties de clubs mais aussi pour de grands voyages. Il se présente dans une teinte bordeaux métallisée avec un intérieur en cuir noir et une boîte manuelle, doté de roues fils et chaussé de pneus Dunlop neufs. Le seul travail qui n’avait pas été réalisé, lors de la restauration, fut le haut-moteur; sans hésiter, il a fait l’objet d’un échange standard, chez un spécialiste de la marque, au pays de Galles. Notons, qu’afin d’optimiser les performances, il est équipé de trois carburateurs Weber délicatement réglés. Le freinage est désormais assuré par des freins Coopercraft à double piston, un échappement Inox a été posé, la peinture refaite il y a 6 ans, par soucis du détail et, dernièrement, le frein à main reconditionné ... Cette sublime auto attend désormais un gentleman driver qui, pour en être digne, se devra de lui apporter autant d’amour.

DESSIN ÉPOUSTOUFLANT — RESTAURATION ET ENTRETIEN DE HAUT NIVEAU — PERFORMANCES REMARQUABLES
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue